Archives

TECHNIQUE – Gel press ou Gelli plate

J’ai récemment fait un atelier en direct (un live quoi) sur le groupe de la Gazette des scrappeuses sur le thème de la Gel Press ou Gelli Plate (Gel printing plate). Je ne vais pas vous mettre ici le tuto de la carte que nous avons faite ensemble, pour ça, vous avez la vidéo sur la chaîne de la Gazette, mais simplement récapituler quelques conseils pour préserver votre plaque et l’utiliser au mieux.

 

         

Tout d’abord, quelle différence entre Gel Press et Gelli Plate ? À ma connaissance, aucune, à part la marque et les formats disponibles. Dans les deux cas, il s’agit d’une plaque de gélatine et souple d’une certaine épaisseur grâce à laquelle vous pourrez réaliser des fonds étonnants pour vos cartes, pages, mini-albums, art journal ou autres créations.

Pour autant que j’ai pu le constater, les prix sont sensiblement les mêmes. Donc un seul conseil si vous décidez d’investir : une fois choisi le format qui vous convient le mieux, faites le tour des sites et boutiques et comparez les prix ! On fait parfois de bonnes affaires sur les salons (où j’ai acheté ma première plaque avec une remise intéressante).

Pour  bien utiliser votre plaque et la préserver, il y a quelques règles à respecter.

LES CHOSES À ÉVITER
  • N’emballez pas votre plaque dans du film plastique de type film alimentaire, elle risque de durcir ;
  • Si vous achetez un ensemble Gel Press et texture, ne laissez pas les deux dans l’emballage après la première utilisation, là encore la plaque risque de durcir. Ne me demandez pas pourquoi, je n’en ai aucune idée, j’ai juste retenu le conseil que l’on m’a donné lors de mon achat ;
  • Ne la stockez pas sur un support poreux (ex : planche en bois). Elle contient une huile minérale qui risque d’être absorbée par le support et de le tâcher. De plus, la texture de la plaque en serait modifiée ;
  • Pour créer des motifs, évitez les objets pointus de type cure-dents, pique-olives, fourchettes, stylos, porte-mines, etc. susceptibles de l’abîmer.
LES CHOSES À FAIRE
  • Conservez votre plaque à plat de préférence, idéalement dans son emballage d’origine, entre les deux feuilles de rhodoïde fournies. Faites attention à ne pas faire de bulles lorsque vous remettez les rhodoïdes en place, la plaque pourrait se déformer. Si vous avez jeté l’emballage ou s’il est abîmé, vous pouvez la conserver sur une plaque en verre ou en plastique dur (type Plexiglass), sur un plateau lisse ou autre support non poreux ;
  • Pour faire des motifs, utilisez des objets « non agressifs » comme des plaques de texture, tampons de fond, pochoirs, pinceaux, coton-tige (pas top pour la planète mais bon), outils de modelage en silicone pour la pâte à sel ou à modeler ou encore le nail art, billes, feuilles d’arbres, etc., sans oublier vos doigts (mais pas vos ongles) ;

  • Pour nettoyer votre plaque, vaporisez de l’eau et essuyez avec un chiffon. Choisissez un chiffon qui ne pluche pas afin d’éviter que des minons (enfin des petits bouts de tissus) ne collent sur la plaque. Rien de grave, c’est juste énervant. Vous pouvez aussi prendre des lingettes (mais là encore, pas terrible pour la planète).
UTILISATION

Pour faire vos fonds, il vous faut :

  • De l’encre, de préférence à séchage lent, ou de la peinture ;
  • Un rouleau encreur ;
  • Un vaporisateur d’eau ;
  • Des chiffons ;
  • Un bac d’eau chaude (savonneuse si vous utilisez de la peinture) pour rincer votre rouleau entre deux couleurs. Vous pouvez aussi prendre une grosse éponge imbibée d’eau et passer le rouleau dessus pour le nettoyer ;
  • Des plaques de texture, des tampons de fond, des pochoirs ou autres éléments pour faire des motifs ;
  • Du papier, épaisseur au choix mais de préférence lisse, ou du tissu.
ASTUCES
  • Pour utiliser votre plaque, posez-la sur un support comme une plaque en verre ou en Plexiglass, un plateau lisse… Elle sera stable et ne bougera pas, alors que sur une simple feuille de papier, celle-ci risque de glisser ;
  • Mettez une feuille blanche sous la plaque de verre pour mieux voir où vous appliquez l’encre. Si vous utilisez de la peinture, ce n’est pas nécessaire ;
  • Pour encrez votre rouleau, allez toujours dans le même sens. Si vous faites des allers-retours, une partie du rouleau risque de ne pas avoir d’encre ;
  • Attention si vos encreurs sont très chargés, vous risquez d’avoir un résultat plein de gouttelettes comme sur l’image ci-dessous. Rien de grave, vous pourrez toujours en faire quelque chose, mais en général, ce n’est pas ce qu’on recherche comme résultat avec cet outil ;
                  
  • Quand vous choisissez vos combos, n’oubliez pas que l’association de couleurs complémentaires donne un marron pas toujours joli (ex : bleu et orange, jaune et mauve, vert franc et violet, etc.) ;
  • Pour faire un dégradé bicolore, encrez votre rouleau avec une première couleur et appliquez d’un bord à l’autre de votre plaque. Ensuite encrez votre rouleau avec une deuxième couleur et appliquez en partant du bord opposé ;
  • Pour enlever de la couleur, appliquez plaques de texture, tampons, pochoirs ou autres sur votre plaque encrée et posez votre papier dessus. Lissez bien avant de retirer la feuille ;
  • Pour ajouter de la couleur, encrez vos plaques de texture, tampons, pochoirs ou autres objets avant de les appliquer sur la plaque et posez votre papier dessus. Lissez bien avant de retirer la feuille ;
               Ajout et retrait de couleur avec une plaque de texture et un pochoir.
  • N’hésitez pas à appliquer une deuxième feuille sans réencrer la plaque. Vous obtiendrez quelque chose de très doux, que vous pourrez assortir à la première impression ;
    
  • Pour récupérer un maximum d’encre, vous pouvez aussi appliquer la texture, le tampon ou le pochoir qui a servi à retirer de l’encre sans réencrer la plaque ;
                  
  • Si vous utilisez un tampon texte, sachez que l’impression sera inversée et que le mot apparaîtra à l’envers ;
         
  • Au fil du temps, votre plaque va se patiner. Cela ne nuit en rien à son utilisation. Au contraire, les impressions que vous obtiendrez n’en seront que plus étonnantes ;
  • Vous trouverez sur Internet de nombreux tutoriels gratuits pour faire votre plaque maison avec de la gélatine ;
  • Si vous faites votre plaque maison et qu’elle part en lambeaux, mettez-là dans un plat à tarte ou à four et passez-la quelques secondes au micro-ondes pour la reconstituer (merci Béatrice C. pour l’astuce) ;
  • Pour nettoyer votre plaque, pensez à garder vos vieux draps ou torchons à vaisselle quand ils ont trop vécu pour remplir leur fonction initiale pour en faire des chiffons. Rien n’essuie mieux, ça ne pluche pas, le prix est imbattable et c’est plus écolo que les lingettes. S’ils sont déchirés il vous suffit de surfiler les bords en zig-zag pour arrêter les fils (ou de faire un véritable ourlet, mais vu l’usage que vous allez en faire, est-ce vraiment nécessaire ?).

Amusez-vous bien avec votre Gelli plate ou votre Gel Press. N’hésitez pas à partager vos créations.

 

One Response to TECHNIQUE – Gel press ou Gelli plate

N'hésitez pas à me laisser un petit mot

Archives
Catégories
  • ATC (1)
  • Ateliers (5)
  • Bonnes actions (1)
  • Combos et inspiration (8)
  • Crops et salons (1)
  • Défis/Challenges (37)
  • Gabarits (1)
  • Infos diverses (14)
  • Marque-pages (12)
  • Minis-albums (6)
  • Pages (8)
  • Produits (1)
  • Rangement (1)
  • Récup/débrouille (4)
  • Tags (4)
  • Trucs et astuces (20)
Pages mises à jour